La DeFi, secteur en pleine croissance et nouveau terrain de jeu des régulateurs

La DeFi est porteur d'avantages indéniables pour la finance, mais l'innovation et l'automatisation sont aussi porteuses de risques. L’article La DeFi, secteur en pleine croissance et nouveau terrain de jeu des régulateurs est apparu en premier sur Journal du Coin.

La DeFi, secteur en pleine croissance et nouveau terrain de jeu des régulateurs

La DeFi sera réglementée, ou ne sera pas – L'écosystème de la DeFi est porteur d'avantages indéniables, tels que la démocratisation de l'accès aux produits financiers, une meilleure efficacité du marché et un accès plus facile aux liquidités. Cependant, l'innovation et l'automatisation sur les marchés financiers sont aussi porteuses de risques.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est CTA-SwissBorg-opportunites-financieres-1.png.

Un secteur qui connaît une croissance fulgurante

Contrairement à la fintech, la DeFi ne se contente pas de construire des services financiers, mais repense l'ensemble de l'écosystème de la finance sur des bases techniques nouvelles. Le secteur de la DeFi a pris son envol en 2020, avec une hausse fulgurante des actifs DeFi entre le 1er juillet et le 1er septembre, l'un des signes précurseurs de l'actuel bull run.

Graphique en chandelier japonais de l'indice DEFI-PERP de FTX en unité de temps journalière
Indice DEFI-PERP de FTX en unité de temps journalière (1D)

La DeFi a connu une croissance soutenue en 2020, le nombre de wallets s'étant multiplié par 11 et le volume des exchanges décentralisés étant passé de 500 millions de dollars à plus de 13 milliards. Cette croissance se poursuit depuis le début de l'année 2021, avec des volumes d'échange en hausse constante et une valeur totale verrouillée qui atteint maintenant les 75 milliards de dollars.

Croissance de l'écosystème DeFi entre 2019 et 2020 mesure via la croissance du nombre d'utilisateurs, des volumes et du nombre d'applications
Croissance de l'écosystème DeFi entre 2019 et 2020 – Source : DappRadar, DeFi Pulse, Dune Analytics

Une régulation bientôt en place

Toutefois, cet écosystème pose des défis réglementaires uniques qui vont prendre de l'ampleur dans les années à venir. En effet, les blockchains, comme Bitcoin ou Ethereum, sont reconnues comme étant particulièrement sécurisées, mais ce n'est pas toujours le cas des smart contracts qui opèrent les services de finance décentralisée. Depuis 2019, plus de 280 milliards de dollars ont ainsi été perdus au sein de l'écosystème du fait de hacks ainsi que d'escroqueries.

Par ailleurs, la DeFi est complexe et intriquée. Effectivement, les projets sont souvent interdépendants, ce qui accentue les risques d’effondrement systémiques en cas de faille majeure dans un service populaire. La nouveauté et la complexité de ce secteur représentent donc un problème épineux pour les régulateurs.

Les risques afférents à la DeFi ont incités la Commission européenne à proposer un cadre réglementaire pour ce secteur. Le projet de règlement européen « Markets in Crypto Assets » (ou MiCA) comprend un ensemble de mesures visant à réguler la finance décentralisée. Cependant, il s'avère que ce texte est particulièrement restrictif pour les entreprises de DeFi. Il interdit notamment l'existence de Decentralized Autonomopus Organization (DAO) et favorise les acteurs déjà en place, comme les banques et les compagnies d'assurance.

Selon Kevin Werbach, professeur de droit et d'éthique des affaires à Wharton, juguler l'innovation ne serait pas la bonne solution. L'enseignant préconise de systématiser la mise en place de bac à sable réglementaire où entrepreneurs et régulateurs peuvent échanger sur la meilleure manière de résoudre les défis réglementaires qui se présentent. Cette stratégie a notamment été mise en œuvre avec succès par la Financial Conduct Authority au Royaume-Uni.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est CTA-arret-BFM-achat-crypto.png.

L’article La DeFi, secteur en pleine croissance et nouveau terrain de jeu des régulateurs est apparu en premier sur Journal du Coin.