Les NFTs : C'est quoi et Comment ça marche ? | Révolution ou piège à idiot ?

Les Non-fungible tokens (NFT) sont à la mode ! Mais comment est-ce qu'ils fonctionnent et d'ou vient leurs valeurs ? Vous verrez dans cette vidéo les bases du monde des NFTs ainsi que les grosses entreprises et projets naissants sur ce segment tendance de la blockchain

NFT

Les NFT, qui reposent sur la technologie blockchain, permettent d'acquérir des tweets ou œuvres d’art sur Internet. Ces jetons à caractère unique connaissent un succès grandissant.

Ils suscitent aussi bien l'intérêt du PDG de Twitter que du multimilliardaire et fondateur de Tesla Elon Musk, en passant par la chanteuse canadienne Grimes. Les NFT, pour "non fungible tokens" (tokens non fongibles) ont coup sur coup battu des records ces dernières semaines. Ces jetons à caractère unique, infalsifiables et qui transitent sur la blockchain, donnent une tournure nouvelle à la vente de biens numériques sur Internet. À eux seuls, ils viennent révolutionner la propriété en ligne.

· Qu'est-ce qu'un NFT?

Les NFT peuvent être assimilés à des "jetons", ou actifs numériques, et sont adossés à la blockchain, une technologie de stockage vouée à transmettre des informations en toute transparence, et de façon sécurisée.

Ces mêmes jetons ont la particularité d'être uniques. Ils peuvent donc venir authentifier un actif numérique, et le marquer du sceau de son propriétaire. Chaque NFT a sa propre identité, mais aussi ses propres authenticité et traçabilité.

Pour résumer: un NFT n'est rien d'autre qu'un certificat numérique pouvant être rattaché à n'importe quel objet, physique comme virtuel. Il est à noter que dans la plupart des cas, acheter un NFT n'a strictement aucune conséquence sur l'usage de l'objet concerné.

L'acheteur d'un NFT correspondant à une oeuvre d'art numérique n'a en sa possession que le certificat, émis par le créateur de cette oeuvre, certifiant qu'il en est l'acheteur. L'oeuvre en question peut parfaitement rester accessible librement en ligne, voire enregistrée et partagée par des millions d'internautes (comme une simple image .jpg).

Le fonctionnement des NFT pourrait être comparé à celui des photographies, qui sont par définition source de nouvelles impressions, mais dont une édition numérotée, voire unique et signée par l'auteur, peut prendre une valeur considérable.

· Que peut-on acheter ou vendre avec un NFT?

Quasiment tout actif numérique ou physique accessible en ligne. Les NFT se prêtent aussi bien à la vente d'œuvres d'art que de morceaux de musique ou encore de tweets. Jack Dorsey, le patron de Twitter, s'est récemment illustré par la vente de son premier tweet, publié en 2006. Ce dernier, numérisé via la technologie, NFT aura fait grimper les enchères jusqu'à 2,9 millions de dollars.

Le 18 février dernier, Chris Torres, l'inventeur du Nyan Cat, l’un des mèmes les plus connus de la culture numérique, vendait sa création originale pour 300 ethers, la seconde cryptomonnaie du marché après le bitcoin. Soit plus de 470.000 euros. La chanteuse Grimes a tablé sur la vente de sa collection numérique d'œuvres d'art, toutes certifiées par un NFT. Ces dernières se sont en tout vendues pour 6 millions de dollars.

Son compagnon, Elon Musk, a lui-même mis en vente le 15 mars un morceau de musique en hommage aux NFT, sous la forme d'un NFT, avant de renoncer, deux jours plus tard. L'offre la plus haute aura entre temps dépassé le million de dollars.

Le secteur évolue rapidement, de semaine en semaine. Mais c'est à l'artiste américain Beeple que revient encore le record du NFT le plus cher jamais vendu. Son collage numérique, Everyday: the First 5.000 Days, un assemblage de dessins et animations réalisés quotidiennement durant 5.000 jours d'affilée, a trouvé preneur pour 69,3 millions de dollars... mettant du même coup en lumière une technologie qui date en réalité de 2017.

· Pourquoi un tel succès?

Pourquoi s'octroyer un tweet, un mème ou encore une oeuvre numérique à prix d'or, alors même que ces contenus restent librement accessibles en ligne? La valeur des NFT tient au certificat de propriété qu'ils renferment et qui le rendent unique. Elle repose aussi sur la traçabilité du propriétaire, du créateur, de sa date de création ainsi que sur l'historique de toutes les transactions réalisées, inscrites en dur dans la blockchain.

Surtout, les NFT offrent un large éventail de possibilités nouvelles. Ils rencontrent par exemple un certain succès dans le monde du sport. Spencer Dinwiddie, émérite joueur de NBA, a ainsi transformé une partie de son contrat en jetons sur la blockchain Ethereum, pour permettre à des particuliers d'investir sur ses performances. L'investissement réalisé s'élève actuellement à 1,3 million de dollars.

En réalité, le succès de ces NFT a parfois de quoi surprendre leurs propres vendeurs. Un journaliste du New York Times s'est tout récemment montré particulièrement étonné par l'engouement suscité par la vente, sous NFT, de l'un des articles de son journal. "Faites une offre, et vous pourriez détenir le premier NFT de ce journal aux 170 ans d'histoire", a-t-il dans un premier temps lancé sur Twitter, sans trop y croire. Montant final de la vente: 560.000 dollars.

· Faut-il investir?

Ce marché en pleine explosion suscite l'appétit de nombreux investisseurs. En 2020, plus de 250 millions de dollars ont été échangés sur le marché des NFT, contre 63 millions de dollars en 2019, révèle un récent rapport de l'Atelier BNP Paribas. La valorisation de ce marché a elle-même bondi de 138% entre 2019 et 2020, pour atteindre les 338 millions de dollars.

L'arrivée sur ce marché d'artistes, personnalités sportives ou influenceurs bien connus du grand public laisse augurer de nouvelles perspectives financières. Mais le credo de mise pour les cryptomonnaies vaut aussi pour les NFT: mieux vaut se contenter d'investir des sommes que l'on peut se permettre de perdre, la valeur de ces certificats pouvant être réduite à néant selon la demande du marché.

Certains acheteurs de NFT ont par ailleurs vu leur bien numérique s'évaporer, en raison de la suppression de l'oeuvre sous-jacente. Si un tweet historique est par exemple "vendu" par son auteur, rien ne l'empêche en théorie de supprimer ce même tweet, après avoir empoché l'argent.

Source: ELsa Trujillo (Journaliste BFM Tech)